Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laballe & Défense

Laballe & Défense

Bienvenue sur Laballe & Défense, un site consacré aux Politiques de Défense ! Ce blog a été créé par Merry-Lène LABALLE, Historienne en Histoire Militaire, Études de Défense et Politiques de Sécurité Diplômée de l'Université Paul Valéry de Montpellier.

SNLE : ne désarmons pas !

Publié par Merry-Lène LABALLE sur 19 Août 2013, 10:06am

Catégories : #Défense nationale

SNLE-copie-1.jpg

 

Le Redoutable, lancé en 1969, fut le premier élément de la composante océanique de la dissuasion nucléaire. En 1980, la force océanique stratégique comptait cinq SNLE équipés de missiles M20. En 1985 était admis au service actif L'Inflexible, construit sur la base de l'architecture générale des SNLE type Le Redoutable, mais équipé de missiles M4 à portée et capacité de pénétration accrues. En 1997 était admis au service actif Le Triomphant, premier SNLE de nouvelle génération, aux capacités fortement accrues par rapport aux SNLE précédents. Il a été suivi fin 1999 par Le Téméraire.

 

 

Les principales évolutions de ce nouveau type :

  • un domaine immersion-vitesse élargi fortement,
  • une diminution très importante du niveau de bruit rayonné par le sous-marin,
  • une capacité de détection accrue,
  • une plus grande disponibilité du sous-marin en portant l'intervalle entre deux entretiens majeurs de cinq à sept années.

 
Néanmoins, la profonde évolution du contexte international et la réduction des dépenses militaires ont conduit à revoir à la baisse le nombre de SNLE en service, de six à quatre. En 2008, les deux derniers SNLE M4 auront été remplacés par Le Vigilant, et Le Terrible, premier SNLE NG en version M51 (nouveaux missiles).

 


La FROST regroupe les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, les missiles équipés de têtes nucléaires, les moyens de transmissions spécifiques et les moyens terrestres associés (base de l'Ile Longue, centre d'entraînement des équipages). Les SNLE de nouvelle génération ont une durée de vie de trente ans. Entre chaque patrouille est réalisée une IE (indisponibilité pour entretien) d'une durée de l'ordre d'un mois. Tous les sept ans se déroule un carénage majeur du bâtiment d'une durée d'environ deux ans.


 

 

Les spécificités de l'entretien de ce type de sous-marins sont les suivantes :

  • présence d'un réacteur nucléaire,
  • présence de missiles balistiques équipés de têtes nucléaires,
  • exigence d'une très forte disponibilité, notamment accrue par la réduction du nombre de SNLE en service,
  • maintien au plus haut niveau de la caractéristique fondamentale de ces navires : l'invulnérabilité reposant essentiellement sur la discrétion acoustique et la capacité de détection sous-marine,
  • un très haut niveau d'intégration et de complexité des matériels embarqués.

 

 

Il est indéniable, en effet, qu'en dépit de la réduction des ressources de la FROST, deux enjeux gardent une place cruciale :

  • la maîtrise de la sécurité s'agissant de bâtiments " doublement " nucléaires (réacteur et missiles), capables de plonger à de fortes immersions,
  • le maintien de la posture (assurer en permanence la présence d'un SNLE à la mer).

 

 

La maîtrise de la sécurité est indispensable et cela malgré les contraintes opérationnelles ou budgétaires. Ces enjeux nous oblige à :

  • maintenir en permanence le capital technique (connaissances et moyens) constitué depuis la création des sous-marins nucléaires,
  • continuer à faire évoluer l'organisation, les méthodes et les mentalités,
  • améliorer la qualité de nos prestations.

 

 

Autrement dit, la poursuite de la modernisation de nos deux composantes nucléaires est à mon sens nécessaire : FROST (Force Océanique Stratégique) et les FAS (Forces Aériennes Stratégiques). Cette complémentarité est majeure afin d'assurer la consolidation de notre force de frappe.

 

 

Photo : Le Redoutable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !