Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laballe & Défense

Laballe & Défense

Bienvenue sur Laballe & Défense, un site consacré aux Politiques de Défense ! Ce blog a été créé par Merry-Lène LABALLE, Historienne en Histoire Militaire, Études de Défense et Politiques de Sécurité Diplômée de l'Université Paul Valéry de Montpellier.

Relations UE-OTAN : Quel Avenir ?

Publié par Merry-Lène LABALLE sur 15 Juillet 2011, 21:03pm

Catégories : #Défense européenne

otan-ue.jpg

 

Le 19 et 20 novembre prochain se tiendra le Sommet de l'OTAN à Lisbonne. Je souhaite donc à cette occasion, partager avec vous ma réflexion sur l'avenir des relations entre l'UE et l'OTAN.  Depuis 2009, l'entrée de la France dans le commandement intégré de l'OTAN est officiel. Cette réintégration de la France dans les structures de l'OTAN est à mon sens une erreur fondamentale de la part du Président, puisque remettant foncièrement en cause l'indépendance nationale de la France (si chère au Général ,qui doit se retourner dans sa tombe), et compromettant considérablement l'avènement d'une véritable Europe de la Défense.


 

L'UE se dit complémentaire de l'OTAN, mais la réalité est tout autre, car l'Union Européenne est totalement soumise à l'OTAN (ce qui est en effet problématique , et les évènements des années 1990 (Balkans, Kosovo) nous montrent la suprématie américaine, et la subordination de la politique de sécurité européenne à l'OTAN) de part ses faiblesses capacitaires, d'une Europe de la Défense inachevée et du leadership incontestable des Etats-Unis dans l'OTAN et dans les relations transatlantique.


 

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a constitué l'outil principal de sécurité de l'espace euro-atlantique depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Malgré leurs natures et compositions différentes, les deux organisations se sont mutuellement influencées et renforcées et ce grâce au développement de la Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD) au sein de la PESC, qui a abouti à la création d'une série d'accords de coopération qui déterminent le développement futur du lien transatlantique et qui reposent sur l'accord "Berlin Plus" (avril 1999) :


 

- Accès de l'UE à des capacités de planification opérationnelle de l'OTAN

 

- Disponibilté au profit de l'UE de capacités et de moyens de l'OTAN

 

- Commandement européen au sein de l'OTAN pour des opérations dirigées par l'UE.


 

 

Il est évident que l'UE doit se doter rapidement d'une véritable politique sécuritaire autonome et de moyens nécessaires, mais je considère que le lien transatlantique et la coordination des deux organisations doivent être maintenus, et ce pour deux raisons. D'une part, parce que l'UE limite à ce jour ses ambitions à la gestion des crises mineures, en portant l'effort sur le maintien de la paix, la sanction économique ou la coopération policière. D'autre part, l'OTAN manque des instruments valables pour la gestion civile des crises. N'ayant pas les mêmes moyens et les mêmes ambitions, il est presque évident que ces deux institutions sont compatibles.

 

 

L'OTAN ne doit cependant pas être un obstacle pour le développement défensif européen, et cette compatibilité ne doit en aucun cas être entendue comme une subordination, mais comme une coexistence dans une égalité d'opportunités. Aussi, l'UE s'est dotée depuis de capacités limitées pour le développement des ses activités :


 

- Haut représentant pour la PESC

 

- Comité Politique et de Sécurité (CPS)

 

- Comité militaire (CMUE)

 

- Etat-major (EMUE)

 

 

Ces organes ont pour objectif d'assurer une coordination étroite avec le SHAPE de l'OTAN.

 

 

Mais toutes ces initiatives européennes ont provoqué ces dernières années des tensions entre les deux organisations. De même que la question de la création d'un vrai Quartier Général (QG) européen pour la planification et la conduite d'opérations autonomes, a provoqué une vive opposition américaine et n'a jamais été résolue. Cette proposition a toujours été repoussée par Washington, qui considère cela comme étant une menace à l'OTAN. Cela nous démontre bien la volonté des Etats-Unis de "préeminence" sur le développement de la PESD et sur les capacités autonomes européens (attitude non souhaitable).

 

 

De nombreuses divergences sont donc apparues entre les deux institutions sur  la volonté de consolider l'indépendance stratégique de l'UE par rapport aux EUA, sur la perception nord-américain de la PESD (perçue comme une rivale).Aussi, les relations entre l'UE et l'OTAN ont changé après les attentats du 11 septembre 2001, l'intervention américaine en Irak et plus particulièrement à cause de la conception américaine de "guerre contre le terrorisme. Cela se solda ainsi par un affrontement très significatif entre les "atlantistes" (Grande-Bretagne) et les "européanistes" (France, Allemagne). Ces affrontements ont également pour conséquences de ralentir l'avancée nécessaire de l'Europe de la Défense.


 

Le problème enfin, est que le débat a longtemps été tourné autour de la domination alliée sur la PESD, sur l'autonomie européenne, et peu autour de l'amélioration de la coopération, ce qui est à mon sens fort dommage. L'Union Européenne doit devenir un acteur autonome de premier plan et développer ses capacités militaires. Mais l'OTAN doit être redéfini et modernisé en adoptant une nouvelle structure et un nouveau concept stratégique.


 

En somme, je pense  que la définition d'un nouveau partenariat entre l'UE et les Etats-Unis est nécessaire, car le lien transatlantique joue un rôle considérable dans la stabilité mondiale et est un pilier fondamental de la sécurité de l'Occident. Pour cela l'OTAN doit être transformé et sa coordination avec la PESD ne doit plus être un problème. Cette relation devra être basée sur une relation plus équilibrée afin de résoudre ensemble les problèmes. Pour réequilibrer le lien transatlantique l'UE doit réellement exister en donnant de vrais moyens à sa défense.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DamL 23/07/2011 01:32


Je suis bien plus nuancé que toi sur la domination/soumission, si la période 1990-2000 à pu être marqué par un fort engagement stratégique US sur l'arrière bande européenne, un pivot est passé en
2011, et probablement un autre à la fin de l'ère Bush. La tonalité venant de Washington (cf propos de Gates, mais pas uniquement) est quand même proche du "hého sortez vous les doigts du c… et
occupez vous de votre défense et de votre politique de voisinage tout seuls, nous avons nos contraintes et nous devons désormais regarder de l'autre coté"

Par contre tout est dit à partir de "faiblesse capacitaire" … Il n'y a que ça (et pas forcément à tord) que comprennent les américains. Et comment envisager de leur vendre une nouvelle répartition
des rôles quand seuls deux pays de l'UE27 mettent plus de 2,5% de PIB dans la défense (et que ces deux sont à bout de souffle au bout de 15j d'opération air-only sur le théâtre libyen), que nombre
de nos partenaires refusent tout engagement en dehors des missions de peacekeeping, que les projets de mutualisation de nos capacités de support (EATC) ou de production (A400M) n'en sont qu'à leurs
débuts; mais surtout que la volonté politique est minable sur un sujet préalable à celui de la défense (EEAS/Ashton) ?

Tout ça pour dire qu'à mon sens, les questions de structures sont bien peu de choses à coté d'une volonté politique et de budgets qui font défaut sur le continent, et que Washington fera tout pour
pousser dans ce sens dans les années à venir, les questions de doctrines suivront..


Nous sommes sociaux !