Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laballe & Défense

Laballe & Défense

Bienvenue sur Laballe & Défense, un site consacré aux Politiques de Défense ! Ce blog a été créé par Merry-Lène LABALLE, Historienne en Histoire Militaire, Études de Défense et Politiques de Sécurité Diplômée de l'Université Paul Valéry de Montpellier.

Drones : un choix coûteux mais indispensable

Publié par Merry-Lène LABALLE sur 8 Mai 2013, 20:02pm

Catégories : #Défense nationale

Heron TP


La guerre du Mali, dans le cadre de l’opération Serval, nous a sévèrement démontré que la France devait investir dans les drones. J’avais à plusieurs reprises, sur ce blog, livré mon analyse, notamment sur le choix (Heron TP ou Reaper) du drone à acquérir pour l’armée française. Je penchais plutôt, comme de nombreux militaires français pour le drone américain Reaper.

 

 

Mais revenons à nos moutons. Il est indéniable de constater à quel point nos drones sont insuffisants et obsolètes. Il est évident également que ce contexte de réduction budgétaire au sein des forces armées ne nous rendra pas non plus service … Mais, nous pouvons lire dans le nouveau Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, que du côté des équipements aéronautiques, un investissement plus massif sera accordé aux drones, qui ne seront donc plus relayés au second plan. Une bonne nouvelle donc pour nos soldats !

 


En effet, le drone est désormais un atout indispensable pour un pays en guerre. Il est devenu un équipement militaire hautement stratégique pour nos armées. Cet engin volant sans pilote permet de repérer plus précisément l’ennemi afin de le distinguer plus aisément de la population civile. Il est discret, rapide et difficile à repérer. Equipé d'une caméra, il permet de transmettre en temps réel des informations vidéo décisives pour les autres unités engagées sur le terrain. Le Predator américain, par exemple, est capable de transporter des missiles et d’accomplir des missions de destruction avec une grande précision. L’utilisation d’un tel engin permet notamment de préserver la vie de nos soldats engagés sur le front. S’en priver serait donc  incompréhensible.

 


Le Harfang d’EADS n’est plus satisfaisant et ne fait pas le poids face aux engins américains. L'armée de l'air française ne possède que quatre modèles de Harfang, un appareil d'origine israélienne, modifié et livré par Dassault en 2008. Ce drone Male (moyenne altitude, longue endurance) est aujourd'hui considéré comme dépassé en raison de sa faible vitesse et de son manque d'endurance. Et le plus regrettable, est que l’armée française ne possède toujours pas de drone armé, capable de mener seul des missions de destruction.

 


Pendant longtemps, politiques et militaires (Etat-major) se sont opposés sur le choix à effectuer dans le cadre du renouvellement du parc de drones français. A l’époque, la droite avait opté pour le Heron TP, appareil dans la lignée du Harfang, toujours de fabrication israélienne et modifié par Dassault. Mais, le nouveau Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian (PS) a remis à plat le débat et a préféré retenir l’option de la coopération avec le Royaume-Uni, qui utilisera avec la France des drones Watchkeeper, fabriqués par Thalès.

 


Notons enfin, qu’un projet est en cours d’élaboration : NEURON. Mais l’aboutissement de ce projet n’est prévu que pour … 2030 … Une problématique supplémentaire, propre à l’armée française perpétuellement confrontée à des délais de développement et de livraison très longs. Dans un tel contexte, l'achat du Predator, le drone américain d'attaque serait-il dans l’immédiat une réponse à ce manque ? Dans un souci d’économie, comment peut-on espérer obtenir des équipements performants ? Ce dossier est crucial pour la France et son armée, les futures décisions devront être adaptées aux besoins de nos armées, mais aussi à l’évolution même du type de bataille et de combat. A suivre …

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bailleux-Moreau 11/05/2013 17:43

Contribution intéressante, je te propose Merry de faire une étude plus détaillée des "drones" européens. J'ai souvenance d'amis de mes parents dont "popeye" était le créateur des avions sans
pilote. Il travaillait pour MBLE, entreprise travaillant dans les technologies électroniques et militaires.J'ai souvenance d'un exemplaire dans son jardin, il s'appelait "l'épervier". Si tu veux,
je peux t'obtenir plus d'infos.

KAUFFMANN 08/05/2013 22:05

Etant Sapeur Pompier depuis 7 ans et concerné par la mise en place de drône, je soutiens MERRY LABALLE sur son analyse.
Sans rentrer dans les marques de société qui les commercialise, je voudrais juste signifier que notre armée doit maintenant passer le cap de la guerre " numérique".
En effet, pour prévenir des guerres et des actes terroristes sans condamner des vies humaines, les drônes sont tout à fait adaptés, qui plus est que les sociétés spécialisées dans l'armement ont la
technologie pour les rendre indétectable au radar ennemies. Nous sommes aujourd'hui dans l'ère de la guerre d'information et de renseignements, plus que dans une guerres de confrontations de
terrains.

Nous sommes sociaux !