Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laballe & Défense

Laballe & Défense

Bienvenue sur Laballe & Défense, un site consacré aux Politiques de Défense ! Ce blog a été créé par Merry-Lène LABALLE, Historienne en Histoire Militaire, Études de Défense et Politiques de Sécurité Diplômée de l'Université Paul Valéry de Montpellier.

Drones armés : La France revoit sa position

Publié par Merry-Lène LABALLE sur 21 Janvier 2016, 18:04pm

Catégories : #Défense nationale

Le Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a laissé entendre lors de ses voeux à la Défense, une ouverture possible vers l'armement des drones de type Reaper : "Les théâtres d'opérations nous confrontent à des situations nouvelles. Je pense en particulier à la question du "déni d'accès", qui peut remettre en cause notre liberté d'action aux endroits mêmes où nous sommes engagés. Dans ce cadre-là certains de nos alliés ont déjà eu recours à des drones de combat, en faisant la preuve de leur efficacité."

La France avait, en effet, jusqu'à maintenant refuser d'armer ses drones Reaper. Le drone est devenu depuis quelques années un équipement militaire hautement stratégique pour nos armées. Les aviateurs français ont toujours opté pour l'armement des Reaper.

À la différence de l'US Air Force et de la Royal Air Force, les drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) de l'armée de l'Air ne sont pas armés. Il est pourtant évident que certaines situations pourront nécessiter l'intervention d'un drone armé.

Notons enfin, que dans le cadre de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, l'armée de l'Air recevra 9 drones MALE supplémentaires. Seront-ils armés ? À suivre ...

 

Photo : Drone Reaper armé

Drones armés : La France revoit sa position
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves 21/01/2016 20:20

Pas courant cette configuration d''arme sur un Reaper. 8 missiles Hellfire. D'habitude c'est 4 Hellfire et 2 Bombes de 250kg guidé par Laser.
D'ailleurs l'armement sera français où l'on devra attendre la francisation de la charge utile.

Nous sommes sociaux !