Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laballe & Défense

Laballe & Défense

Bienvenue sur Laballe & Défense, un site consacré aux Politiques de Défense ! Ce blog a été créé par Merry-Lène LABALLE, Historienne en Histoire Militaire, Études de Défense et Politiques de Sécurité Diplômée de l'Université Paul Valéry de Montpellier.

Syrie : on ne choisit pas toujours ses alliés ...

Publié par Merry-Lène LABALLE sur 9 Octobre 2015, 10:52am

Catégories : #Défense internationale

Depuis l’engagement de l’aviation française en Syrie et l’entrée de la Russie (acteur majeur) dans ce même conflit, un ultimatum de taille se pose aux diplomaties européennes et à l’ONU : faut-il ou non coopérer avec Bachar al Assad ? Jusqu’ici Barak Obama et François Hollande s’y opposent.

La France a choisi, en effet, de ne pas intervenir au sol en Syrie. En revanche, elle fournit un appui logistique et financier (systèmes d’armes, renseignement, formation) à ceux qui combattent déjà Daesh, comme le font les Russes. Il y a trois pays clés à aider : les rebelles en Syrie, les sunnites en Irak et l’Iran. Aussi, le renforcement du rôle des forces spéciales est une nécessité stratégique afin d’améliorer l’efficacité des frappes aériennes, en empêchant notamment Daesh de renouveler ses ressources (armes). Pour ce faire, faut-il encore que la Turquie d’Erdogan (qui considère les Kurdes comme sa première menace) cesse son double jeu et ferme réellement ses frontières …

Il est temps d’en tirer les leçons. Reprenons tout d’abord la stratégie politique et militaire américaine qui a été un échec total. Echec politique en soutenant en 2006 Al Maliki, jusqu’en 2014, qui exerça un pouvoir sans partage appuyé uniquement sur la communauté chiite en excluant volontairement les Sunnites et les Kurdes. Militaire avec la formation d’une nouvelle armée irakienne mal équipée et surtout rongée par la corruption et le népotisme.

Ensuite, l’échec des monarchies gériatriques du Golfe Persique a également contribué à l’émergence de Daesh qui contrôle aujourd’hui le gouvernorat d’Al Anbar et menace sérieusement ce royaume. Enfin, il est indéniable que l’absence d’analyse et de stratégie commune par l’Europe et la France a largement favorisé cette situation chaotique que nous connaissons.

En somme, la Turquie (membre de l’OTAN) doit impérativement fermer ses frontières et cesser ses frappes contre les Kurdes. Aussi, il est évident que les actions de déstabilisation du régime Assad doivent s’interrompre rapidement, car déstabiliser Assad tout en combattant Daesh (via des frappes aériennes en Irak), cela ne fonctionne pas ! La démocratie ne s’imposera pas par les armes. Une collaboration provisoire doit donc être envisagée, car il est aussi « l’ennemi de notre ennemi absolu »

Syrie : on ne choisit pas toujours ses alliés ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !