Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laballe & Défense

Laballe & Défense

Bienvenue sur Laballe & Défense, un site consacré aux Politiques de Défense ! Ce blog a été créé par Merry-Lène LABALLE, Historienne en Histoire Militaire, Études de Défense et Politiques de Sécurité Diplômée de l'Université Paul Valéry de Montpellier.

Accord iranien : une révolution géopolitique ?

Publié par Merry-Lène LABALLE sur 11 Septembre 2015, 10:56am

Catégories : #Défense internationale

L’accord sur le nucléaire iranien a donc été adopté (58 voix contre 42) par le Sénat américain, et ce, malgré une rude résistance des Républicains. Le Président Obama va pouvoir ainsi lever les sanctions qui pèsent sur la république islamique depuis la fin des années soixante-dix.

 

L’évolution de la situation géopolitique (émergence et affermissement de l'axe sino-russe à travers de nombreux parteneriats stratégiques notamment) a sans nul doute poussé les Etats-Unis à renouer des liens avec Téhéran (renforcement de Daech en Syrie et en Irak). Pourtant ce rapprochement entre l’Iran et les occidentaux (accord signé le 14 juillet 2015 avec le groupe E3/UE+3 à Vienne) est perçu d’un très mauvais œil par Israël, l’Arabie Saoudite et l’Egypte, car cela pourrait menacer sérieusement leurs intérêts en bouleversant notamment l’équilibre des forces dans la région.

 

Aussi, l’accord sur le nucléaire iranien est depuis des années au cœur de tous les débats. Autrement dit, au-delà du dossier nucléaire, cet accord permettrait l’émergence d’une coopération militaire élargie, car c’est bien de cela dont il s’agit, l’aide de l’Iran étant devenue désormais capitale … L’objectif des Américains n’est pas anodin : empêcher l’émergence de la Russie, la Chine ou encore … l’Union Européenne. Le basculement de l’Iran (qui pourrait dès lors jouer un rôle de médiateur) redistribue incontestablement toutes les cartes sur la scène internationale, mais aussi dans un contexte de montée des périls au Moyen-Orient (Irak et Syrie) et face au risque nucléaire régional.

 

Cet accord prévoit donc une limitation des capacités nucléaires (5060 centrifugeuses IR-1 contre plus de 19 000 actuellement) iraniennes pour les quinze ans à venir, un renforcement des contrôles en échange de la levée des sanctions et le dégel progressif des avoirs iraniens à l’étranger. Il permettra également la reprise des missions économiques de nombreux pays en Iran. Par conséquent, l’Iran devra se mettre en conformité avec les standards internationaux fixés par l’AIEA : le taux d’enrichissement de l’uranium ne devra pas dépasser les 3,67% et son stock d’uranium enrichi limité à 300 kilos au lieu de 10 000 kilos. De son côté, l’Union Européenne (qui n'a toujours pas de politique extérieure commune) lèvera prochainement l’ensemble des restrictions et sanctions aux relations économiques et financières avec l’Iran.

 

Après l’échec cuisant des politiques américaines en Afghanistan et en Irak, son impuissance dans la question israélo-palestinienne, le Président Obama a donc entrepris un tournant (historique) dans le cadre de la politique étrangère des Etats-Unis (rapprochement avec Cuba, la Birmanie et l’Iran). Alors, cet accord de Vienne perdura-t-il dans le temps ? Là, est l’enjeu qui se pose désormais à la communauté internationale après 36 années de « Guerre froide » entre l’Iran et les Etats-Unis, car les conséquences géostratégiques prennent une dimension inédite. Cet accord va inéluctablement affecter les grands équilibres puisque l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis et la Turquie profitaient, jusqu’ici, largement de la marginalisation politique ou économique de Téhéran.

 

Il sera notamment intéressant d’analyser l’évolution des relations que Tehéran entretiendra avec ses alliés régionaux (Syrie et le Hezbollah), mais aussi d’observer qu’elle sera son positionnement sur les nouveaux dangers que sont Daech, la dissolution de l’Etat irakien et l’avenir du régime baasiste en Syrie. L’avenir de la politique étrangère iranienne reste donc, pour le moment, encore incertain. L’Iran renoncera-t-il à ses ambitions régionales ? A suivre …

 

Accord iranien : une révolution géopolitique ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !